Manucure : l’histoire du vernis à ongles

vernis-manucure-histoire-monde

Notre rapport au vernis et à la beauté évolue au cours des siècles. Signe de richesse pour certains à simple produit esthétique, le vernis a eu différentes significations. Focus sur ce petit flacon qui a réussi à se faire une place dans nos vies.

L’histoire de la manucure à travers le temps

Réaliser soi-même sa manucure, avec un KIT professionnel nous paraît tellement anodin. Chez Méanail Paris, nous avons enquêté sur l’histoire du vernis et de la manucure. Découvrons ensemble les grandes étapes de la manucure ! Un sujet ô combien intéressant.

Les grandes étapes du vernis et de la manucure

Retour en arrière, plus de 3000 ans avant Jésus Christ

Le début du vernis aurait commencé en Chine ou en Égypte antique. Les Chinois utilisaient une laque de couleur pour leurs ongles (une laque obtenue à partir de poudre de pétales de rose, de pétales d’orchidée et de l’alun). Les Égyptiens, quant à eux, teintaient leurs ongles d’une couleur brun-rouge obtenue avec du henné.

Les couleurs utilisées avaient une symbolique très fortes et déterminaient le rang social. Par exemple, le rouge et le noir représentaient la royauté. En Égypte, le vernis caractérisait ton ordre social : « la Reine Néfertiti, épouse du roi Akhénaton, colorait en rouge rubis ses ongles de mains et de pieds. Cléopâtre préférait, quant à elle, une teinte rouille intense. Les femmes de rang inférieur qui coloraient leurs ongles étaient autorisées à utiliser des teintes pâles et aucune femme n’osait afficher la palette de couleurs utilisée par le roi ou la reine ».

Les Incas, quant à eux étaient connus pour décorer leurs ongles avec des représentations d’aigles ». Et oui, le premier tout nail art date du XVe siècle !

Les ongles colorés ont presque complètement disparu en Europe pendant la période du Moyen-Âge, pour ne revenir que plusieurs siècles plus tard, pendant la Renaissance.

De 1800 à aujourd’hui

Les aristocrates se laissaient pousser les ongles (parfois jusqu’à 25 centimètres !) pour montrer qu’ils n’effectuaient pas de travail manuel. Ici le vernis servait à mettre en avant son patrimoine et ses privilèges.

Il faudra encore attendre une décennie pour que le vernis et la manucure se « professionnalise » et soient utilisés à des fins purement esthétiques. Un grand pas pour la liberté d’expression !

Enfin, au début du XXIème siècle, on voit apparaître le premier véritable vernis à ongles. En effet, en 1920, la maquilleuse professionnelle Michelle Ménard eu l’idée de mettre du vernis sur les ongles en se servant de peinture de carrosserie de voitures. À cette époque, le vernis à ongles était considéré comme vulgaire, associé aux actrices ou aux prostitués. C’est l’icône Marilyn Monroe (entre autre !) qui va populariser le célèbre flacon dans les années 1940.

En Europe, cette nouvelle famille de produits prendra son essor dans les années d’après-guerre. Dès 1970, les principaux acteurs de la beauté lanceront progressivement leur vernis à ongles.

Côté tendance, la « French Manucure », soeur du « baby boomer » fait son apparition dans les années 1970 et rencontre tout de suite un immense succès, tout comme les vernis pastel et neon.

La manucure en 2019

Aujourd’hui le vernis s’est démocratisé dans tout l’Occident. La manucure est-elle encore un signe distinctif de richesse ou nous permettait-elle simplement de nous sentir belle ? Focus sur notre cher pays et ses collègues européens.

« Se faire les ongles », « s’occuper de ses ongles »… la manucure est une activité devenue anodine et rentre dans les moeurs de notre cher pays. Parfait moyen de détente, les Françaises (la Team Méanail comprise !) aiment s’octroyer quelques minutes chez elles ou quelques heures en institut pour une pose de vernis.

Outre le plaisir et le (joli) rendu esthétique qu’il confère, le vernis à ongles, au même titre que le maquillage est un accessoire qui donne confiance en soi. Cette routine beauté rassure et nous aide à affronter la journée.

« Une femme est un être sans défense jusqu’à ce que son vernis soit sec » est une phrase – à prendre au second degré bien sûr – avec une petite partie de vrai chez nous. 🙊 Les ongles secs, nous sommes prêtes à affronter le monde ! #WhoRunTheWorld ?

Du côté de l’Europe

Le prix d’une manucure varie de 25 à 90 €. Extension d’ongles, nail art, soin des mains, pose de manucure, remplissage… les instituts et les marques de vernis ont le vent en poupe. La manucure représente un certain budget, encore plus s’il s’agit d’une manucure semi-permanente. Côté tendances, il y a deux team : le « classy chic » de la French manucure et des ongles nudes ou rouges et celles passionnées par le nail art et ses couleurs toujours plus pop. D

Bien qu’il existe des énormes contrastes selon les pays et au sein même d’un pays, le vernis est devenu un signe de beauté, de détente et non plus un signe de pouvoir. Par ailleurs, le vernis convient à tous les budgets, on peut aujourd’hui retrouver sur le marché des vernis allant de 2 à 1000$ . La pose en institut, quant à elle, reste un budget conséquent.

What’s next ? Avec nos yeux de françaises, voici nos constats. Aide-nous à enrichir nos recherches, nous dire si tu es d’accord ou pas avec notre vision de la manucure. Qu’importe notre culture, soyons libre de partager nos manucures et notre vision de la beauté ! #librecommetoi #meanailparis

Manucure : l’histoire du vernis à ongles
Rate this post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *